Accueil ToutesFORMULATION ET REGLEMENTATION Le développement d’une formule cosmétique dans un laboratoire R&D : un vrai parcours du combattant !

Le développement d’une formule cosmétique dans un laboratoire R&D : un vrai parcours du combattant !

de Angélique Durigo
Développement formule laboratoire

La vie n’est pas toujours un long fleuve tranquille pour les formulateurs qui travaillent dans les laboratoires.

En effet, le développement d’une formule cosmétique passe par plusieurs phases avant d’arriver en production.

Regardons de plus près les étapes souvent critiques rencontrées pendant cette période !

Le développement: jamais sans un brief associé !

Le brief issu du client représente un document clé pour le formulateur. Il est plus ou moins détaillé et a pour objectif de présenter plusieurs choses. Par exemple, on y retrouve le concept du produit à formuler, la texture attendue, les revendications possibles et le résultat maquillage. Il y a également une notion de délai de réalisation et un prix cible à ne surtout pas dépasser. Ce document peut être pris comme un cahier des charges que le formulateur devra respecter. Il devra, en outre, s’appuyer dessus pendant toute la conception produit.

Si la moindre question subsiste entre les deux parties, le développement ne peut commencer. En effet, un cahier des charges bien ficelé au départ permettra un processus sans rouage pour la création du produit. L’importance de le peaufiner minutieusement au début de la collaboration est stratégique.

développement

Les essais au laboratoire

Une fois le cahier des charges validé, la formulation du produit peut débuter. Il faut d’abord sourcer les matières premières  suivant plusieurs critères. Les attentes maquillage, le concept (naturalité par exemple) et le lieu de commercialisation du produit sont les plus importants. Le formulateur vérifie ensuite la réglementation pour chacune d’elles. Il écrit ensuite sa formule de manière théorique pour vérifier son coût formule.

Ensuite, les essais à la paillasse débutent pour peaufiner la texture et le fini maquillage. Enfin, on réalise une soumission qui est évaluée par le client. A l’issue de l’évaluation, on recueille des commentaires qui donnent souvent lieu à des ajustements .

Plusieurs allers-retours entre le laboratoire et le client sont souvent nécessaires pour arriver à un produit correspondant parfaitement aux attentes du client.

Pas de développement sans des tests à réalise

Lorsque la soumission est acceptée, il y a des tests impératifs à réaliser quel que soit la nature du produit formulé:

  • Les stabilités: l’objectif est de découvrir comment le produit formulé se modifie dans des conditions données (température, lumière, etc) pendant une période déterminée. Les résultats détermineront entre autre la durée de vie et les conditions de stockage recommandées du produit fini.
  • Les compatibilités: lors de la fabrication, du conditionnement ou du stockage, des échanges physiques et chimiques peuvent se dérouler entre le produit et son emballage, pouvant impacter la qualité, l’efficacité et la sécurité de ce dernier. Il est donc primordial de vérifier l’interaction entre ces deux items.
  • La vérification réglementaire : Suivant le lieu de commercialisation, il est nécessaire de revérifier que toutes les matières premières utilisées soient autorisées dans le pays où le produit sera vendu.
  • Les tests d’évaluation: ils regroupent les tests d’innocuité et d’efficacité. Ils sont primordiaux pour vérifier que la formule développée n’est pas agressive lors de son application vis-à-vis du consommateur et qu’elle est conforme aux revendications notifiées sur l’emballage.
  • L’évaluation de la sécurité: D’après l’Annexe I du Règlement Cosmétique 1223/2009, le rapport sur la sécurité du produit doit être réalisé par un évaluateur de sécurité qualifié (toxicologue). Il doit contenir une conclusion qui l’engage. Ainsi, il déclare si le produit est sans danger, sans danger avec restrictions ou dangereux pour la santé lors de l’usage normal ou prévisible.

La constitution du dossier réglementaire: une étape incontournable du développement

Ce dossier appelé dans la profession  Dossier Information Produit (DIP) est un élément obligatoire depuis l’application du nouveau règlement européen 1223/2009 sur les produits cosmétiques . C’est le metteur sur le marché du produit cosmétique qui le détient.

Le DIP inclue tous les éléments jugés primordiaux pour le consommateur et qui peuvent avoir un impact sur sa santé :l’identité du produit, la précaution d’emploi, la liste des ingrédients mais également les effets négatifs possibles.

Il est constitué de très nombreux chapitres:

  • Une description du produit cosmétique permettant l’établissement d’un lien clair entre le dossier d’information et le produit cosmétique concerné,
  • Le rapport sur la sécurité du produit cosmétique comportant au minimum les éléments suivants :
    • Les informations sur le produit cosmétique (formule quantitative et qualitative, spécifications physico-chimiques, spécifications microbiologiques…)
    • L’évaluation de la sécurité du produit cosmétique (conclusion de l’évaluation, avertissements et instructions d’utilisation…)
    • Les références de la personne chargée de l’évaluation et de l’approbation de l’évaluation de la sécurité
  • Une description de la méthode de fabrication et une déclaration de conformité aux bonnes pratiques de fabrication
  • Les preuves de l’effet revendiqué par le produit cosmétique
  • Les données relatives au développement ou à l’évaluation de la sécurité

Enfin, une fois le DIP finalisé, il faut obligatoirement notifier le produit cosmétique sur le Portail de Notification des Produits Cosmétiques. Ce portail, appelé CPNP (Cosmetic Product Notification Portal) permet aux Personnes Responsables de transmettre à la Commission Européenne les informations requises avant la mise sur le marché.

Et la suite ?

Une fois toutes ces étapes passées avec succès, il faut s’assurer que la formule est faisable en production. C’est là que la transposition industrielle intervient au moyen d’une fabrication d’un lot pilote. Et c’est en liaison étroite avec le service Fabrication que se joue cette autre importante étape. Affaire à suivre !

 

0 commentaire

Vous aimerez aussi

Laisser un commentaire