Accueil ToutesPRODUCTION ET TECHNOLOGIE Comment les sous-traitants maquillage fabriquent la pâte pigmentaire ?

Comment les sous-traitants maquillage fabriquent la pâte pigmentaire ?

de Anaïs Hildenbrand

Chez les sous-traitants maquillage, la cosmétique colorée doit présenter des qualités esthétiques qui sont le reflet d’une grande homogénéité de la couleur dans les produits. Le pigment est une particule de poudre ayant de grandes variations dimensionnelles et d’aspect. Il nécessite donc une première étape de broyage avant son utilisation en fabrication afin de l’homogénéiser.

 

Sous-traitants maquillage, les matières premières qui composent la pâte pigmentaire :

Les pâtes pigmentaires, ou plus fréquemment appelées « dispersions », sont une préparation à base de pigments dans une phase huileuse. Chez tous les sous-traitants maquillage, elles sont fabriquées en amont de la fabrication. L’utilité de la dispersion est de broyer le pigment très finement afin de pouvoir l’incorporer facilement au mélange en cours.

Les procédés de pâte pigmentaire sont assez simples. Généralement, elles sont composées d’un pigment d’origine organique ou minérale et d’une huile déjà présente dans la formule.

 

Les équipements industriels qui sont utilisés par les sous-traitants maquillage :

Ils ont à leur disposition différents types d’équipements industriels pour produire les dispersions.

Broyeur tricylindres :

Comme son nom l’indique, ce broyeur est composé de trois cylindres. Le mélange à broyer est déposé entre les rouleaux qui tournent à différentes vitesses à pression croissante. En conséquence, la force de cisaillement exercée entre les cylindres permet de casser les agglomérats et ainsi disperser pleinement le pigment en poudre dans un milieu liquide.

Broyeur continu et broyeur discontinu :

Dans les deux cas, le système de broyage est similaire. Il est composé d’un rotor de broyage ainsi qu’une chambre de broyage remplie de billes et du mélange à traiter. La désagrégation des agglomérats de pigments se fait grâce au mouvement du stator qui permet d’exercer une force de cisaillement combinée aux chocs mécaniques des billes. Par conséquent, les particules de poudre sont ainsi éclatées.

Finalement, la différence de procédé discontinu-continu dépend du système d’exploitation du matériel. En somme, la pâte pigmentaire est collectée soit après un passage simple du broyeur, soit après multiples passages.

 

Le pour et contre des différents procédés :

Le broyage tricylindres permet d’obtenir une meilleure qualité de dispersion. On observe une plus grande homogénéité et répétitivité des lots de fabrication. Cependant, cette technique nécessite en amont une étape d’empâtage. C’est une prédispersion du pigment dans l’huile. Il faut également la présence constante d’un opérateur sur l’équipement. La pâte pigmentaire doit être récupérée et remise sur le circuit afin de procéder à 3-4 passages de broyage. Le manipulateur doit être vigilant car rien ne doit se coincer dans l’appareil (notamment vêtements et mains). Ces mêmes points se retrouvent avec le broyage discontinu en enlevant les risques de manipulation. En revanche, on ajoute un désavantage certain face à la complexité du nettoyage du broyeur à billes.

Les sous-traitants maquillage sont plus fréquemment équipés de broyeur continu. L’étape d’empâtage est réalisée directement sur l’équipement industriel. Contrairement aux autres broyeurs, le façonnier sera contraint par la taille des lots qui ne permettent pas la réalisation de petites et de grandes séries sur le même appareil.

 

Quels sont les contrôles-qualité réalisés par les sous-traitants maquillage ?

Jauge de North ou finesse de broyage :

La finesse du broyage caractérise la granulométrie de la dispersion fabriquée. C’est un facteur primordial qui doit être contrôlé à chaque fabrication à l’aide d’une jauge appelée jauge de North. Cette technique est simple et rapide à l’utilisation pour vérifier que le pigment est dispersé et broyé de façon homogène dans l’huile. Il développe ainsi son maximum de pouvoir colorant. Cette méthode est très prisée chez les sous-traitants maquillage dans le contrôle-qualité.

Spectrocolorimètre :

C’est un appareil permettant de mesurer la couleur d’un matériau et de définir ses paramètres trichromatiques (teinte, luminance, réflectance et saturation). Le pouvoir colorant d’un pigment atteint une valeur en fonction de la qualité de la dispersion. Le prolongement de la durée de broyage n’influe plus sur la teinte lorsque le pouvoir colorant maximal est obtenu. Cette technique est peu utilisée par les façonniers à cause de la disparité colorimétriques des lots de pigments produites par les fournisseurs.

 

En conclusion face à la complexité technique du broyage, les sous-traitants maquillage ont toujours la possibilité d’acheter les dispersions chez un fabricant de matières premières.

0 commentaire

Vous aimerez aussi

Laisser un commentaire